jeudi 19 décembre 2013

La rédac de Plump se dévoile : Jérémie Hummel



Nous sommes fières de vous présenter l'une des personnes qui nous soutient depuis le début. Avec son humour tranchant et son cœur énorme, il s'occupe des Plumpeurs à merveille !



Jérémie Hummel, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je me trouve quelque part entre la midinette de 12 ans et le jeune homme de 26 ans. Le fait que j’ai bel et bien 26 ans indique que je penche dangereusement plus du côté de la midinette… Je me rassure en me disant qu’au moins, j’en ai conscience !

Quel est ton rôle dans l'équipe de Plump ?
Il consiste à trouver la délicate limite entre la connerie la plus totale et le conseil le plus pertinent. Á partir de ça, j’écris deux trois conseils à destination du lectorat dépourvu d’œstrogène. Et puis je souris beaucoup, ça aide à faire passer les retards de deadline.

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'accepter la mission proposée par Julie et Laurène ?
J’aime être aux premières loges quand quelqu’un fait quelque chose de complètement fou pour pouvoir le juger tout en riant à gorge déployée, mon petit doigt levé devant ma bouche.

Comment procèdes-tu dans le choix de tes sujets et dans l'écriture de tes articles ?
Soit j’ai de la chance et une tempête de cerveaux avec Julie et Laurène donne naissance à un sujet, soit j’ai la poisse et je ne dois compter que sur mon cerveau, qui habituellement n’est rempli que d’arc-en-ciel, de licornes et du casting complet de Glee. Pour l’écriture, je commence généralement par m’empêcher d’acheter de nouvelles fringues, ce qui fait ressortir la bitch qui est en moi. Ensuite, je m’en sers pour trouver les insultes les plus délicieusement acerbes et les glisser ni vu, ni connu, dans mes articles. Et voilà !

Qu'est-ce que cela t'apporte d'écrire pour Plump ?
De laisser libre court aux enchainements bizarres de mes pensées, et de les coucher sur papier. J’aime écrire avec ma voix et Plump ne se la joue pas Ursula avec moi, jamais.

Quel est ton regard sur les rond(e)s et leur statut en général ? 

Je commencerais par citer Amber Riley, non pas parce qu’elle fait partie du cast de Glee, mais parce qu’elle est la gagnante toute en rondeur du Danse avec les Stars américain : « Lorsque les gens me voient, je ne veux pas qu’ils se disent qu’elle danse bien pour quelqu’un de son poids, je veux qu’ils se disent qu’elle danse bien». Les rondeurs, ce n’est qu’une partie d’une morphologie. Ça ne doit en aucun cas définir une personne. Tout ce qui nous rend « différent » de la « norme » imposée par la société n’est qu’un détail parmi tant d’autres qui nous composent. Mais, c’est un détail qui peut devenir source de souffrance si on laisse à autrui le pouvoir de nous utiliser contre nous même. Le meilleur moyen d’empêcher ça, c’est d’embrasser ce détail, sa différence. Et surtout, ne jamais s’excuser d’être colossalement unique.
​Quels sont tes projets, tes envies pour les prochains Plump ? ​
J’ai très envie de convoquer ma Christina intérieure et faire un relooking. Ça peut paraître hypocrite après tout mon laïus sur « embrasser sa différence », mais rien n’excuse le fait de s’habiller comme un sac à patates. Rien. Les vêtements parlent pour nous et il est important de leur faire réciter ​le texte qu’on a soigneusement préparé. 

2 commentaires:

Lybertaire a dit…

Ne serait-ce pas Tête de thon qui apparaît dans le dernier numéro de Plump ? :)

Ju Lo a dit…

En effet, Tête de Thon à participé au shooting maillot de bain de Viksen pour l'été 2013 ;-)